>>> Association

Mission

Notre mission est la lutte contre la violence à l'égard des femmes.

Objectifs

Les objectifs de l'association AMVEF sont :

  • Sortir la problématique de la violence du domaine privé au domaine public.
  • Protéger l'intégrité physique et morale des femmes contre toutes les formes de la violence.
  • Renforcer les capacités des femmes fragilisées par la violence.
  • Contribuer à constituer un mouvement de femmes fort et agissant sur le cours des événements.
Pour atteindre ces objectifs, nous avons :
  • mis en place une structure d'accueil spécifique,
  • réformé les lois discriminatoires existantes,
  • mise en place des actions de solidarité et de soutien.

Historique

Le débat sur la création d'un centre d'écoute pour femmes victimes de violence a été lancé en juillet 1993 à Rabat, lors d'une rencontre regroupant des femmes du domaine associatif et d'autres de la recherche des 3 pays maghrébins (Maroc, Algérie et Tunisie).
La rencontre a été initiée par Fatima Mernissi, sociologue et Omar Azziman, universitaire et militant des droits humains à l'époque, l'actuel ministre de la Justice, organisée en présence de notre partenaire allemand, Heinrich BöII (nommé à l'époque BUNTSTIFT.
Le soubassement de cette rencontre consiste à renforcer l'action maghrébine sur une problématique devenue de plus en plus visible à l'échelle mondiale grâce justement à la mobilisation des femmes.
La richesse de l'expérience de ces femmes venant d'horizon différent ont fait que l'échange et le débat ont été fructueux. L'expérience de SOS Femmes en détresse avec son centre d'hébergement et celle de l'ATFD "association tunisienne des femmes démocrates) avec son centre d'écoute pour femmes victimes de violence ont été d'un grand apport.

Au Maroc, la problématique de la violence était présente dans les actions des associations des femmes, en terme de sensibilisation et de dénonciation et non en actions spécifiques et de proximités envers les femmes victimes de violence.
De ce point de vue, l'initiative de ce workshop maghrébin a permis de donner forme et de converger des actions engagées contre la violence depuis 1985, date de la création des premières associations de femmes (Association Démocratique des Femmes du Maroc et Solidarité Féminine).
Etaient présentes du côté Marocain des associations ADFM, AMDF, OMDH, UAF, AFJEM (Association femmes, jeunesse et environnement au maghrébin) et de femmes chercheurs.

Le débat de deux jours a abouti aux résultats suivants :
Que le partenaire :

  • Renforce les projets existants en Tunisie et en Algérie.
  • Soutienne au Maroc la création par les participantes à l'atelier d'une nouvelle association autonome portant le nom de centre d'écoute.

Les associations fondatrices (AFJEM s'est retirée) se sont consacrées de 1993 à 1995, date d'ouverture du centre, aux démarches administratives et logistiques nécessaires à la mise en place du projet.
Sur le plan administratif, nous avons rencontré beaucoup de résistance voire de la suspicion. Il aura fallu l'intervention de personnalité connue et digne de confiance pour obtenir le récépissé de dépôt de dossier. Il faut signaler aussi que le centre était la première expérience au Maroc.

L'ouverture du centre à Casablanca et sa mise en réseau avec les autres à Alger et à Tunis ont marqué le début d'un grand chantier commun de réflexion et de construction d'outils et de méthodes de travail, et ce en dépit des difficultés en cours de route et de conflits interpersonnels. Nous avons :

  • appris à travailler ensemble et à exploiter le capital d'expérience détenue par chacun des membres fondateurs.
  • instauré la séparation des pouvoirs décisionnel et exécutif : à la date de la création, la présidente était en même temps la directrice salariée de l'association ;
  • mis en place des mécanismes évitant les conflits d'intérêt : un membre de bureau ne peut être ni un salarié ni un vacataire ni un consultant payé pour une intervention.
  • donné un contenu, selon la mission de l'association, aux concepts suivants : écoute, orientation juridique, assistance judiciaire, accompagnement, soutien psychologique, assistance judiciaire.
  • passé du seul travail de proximité au travail de sensibilisation et de plaidoyer.
  • veillé à ce que le centre soit un projet distinct de l'association et chapeauté par celle-ci. Alors qu'au début le centre et l'association constituaient une seule entité. Une commission de gestion du centre a été mise en place. Sa composition, sa mission et son calendrier de réunion sont définies.
  • veillé à ce que l'intervention par le biais de la correspondance soit de mieux en mieux organisée.
  • des objectifs et des méthodes d'intervention de mieux en mieux ciblés.
  • adopté la démarche par projet laquelle a abouti à la constitution de commissions fonctionnelles et des commissions fixes telle que le comité de gestion du centre.
  • recruté de nouveaux membres et veillé à leur intégration à la vie de l'association par la formation et l'accompagnement.
  • développé la coordination avec les autres associations de femmes pour la complémentarité et la capitalisation des actions. Nous renforçons les actions engagées et positionnons sur des aspects non abordés par les autres.
  • contribué au renforcement des autres centres par la formation et leur participation aux rencontres de réflexion organisées par le centre.
  • élaboré d'une charte de valeurs de l'association d'une manière consensuelle et participative.